aspic

aspic

1. aspic [ aspik ] n. m.
• 1429; aspis 1121; lat. aspis
1Vipère des montagnes (vipéridés), vivant en Europe.
Aspic d'Égypte, de Cléopâtre : serpent venimeux d'Afrique et du Moyen-Orient (élapidés). naja.
2Fig., littér. Une langue d'aspic : une personne qui médit, calomnie volontiers. ⇒ vipère. « Faugerolle, qui est une langue d'aspic, le plus venimeux de tous vos futurs collègues » (Duhamel).
aspic 2. aspic [ aspik ] n. m.
• 1560; eau d'espic 1492; provenç. espic « épi »
Lavande mâle (labiées), croissant à basse altitude en Provence. spic. Huile d'aspic, utilisée en parfumerie pour son odeur camphrée. aspic 3. aspic [ aspik ] n. m.
• 1742; o. i., p.-ê. de 1. aspic (moule en forme de serpent roulé)
Cuis. Plat composé de viande, de poisson froid, etc., dressé sous de la gelée moulée. Aspic de volaille, de foie gras. Moule à aspic.

aspic nom masculin (latin aspis, -idis, du grec aspis, -idos, serpent venimeux) Vipère de France et d'Italie, au museau retroussé et à la tête triangulaire. Canon français du XVIe s., lançant des boulets de 12 livres. ● aspic (expressions) nom masculin (latin aspis, -idis, du grec aspis, -idos, serpent venimeux) Littéraire. Langue d'aspic, mauvaise langue, langue de vipère. ● aspic nom masculin (de aspic) Entrée froide composée d'éléments divers (filets de volaille, de poisson, légumes, etc.), enrobés de gelée aromatisée et décorée. ● aspic ou spic nom masculin (ancien provençal espic, épi) Sorte de lavande à feuilles relativement larges, à odeur camphrée, dont l'huile essentielle est surtout d'usage industriel.

aspic
n. m. Plat froid de viande, de poisson moulé dans une gelée. Aspic de poulet.
————————
aspic
n. m. Vipère d'Europe (Vipera aspis), au venin très toxique.

I.
⇒ASPIC1, subst. masc.
A.— ZOOLOGIE
1. ERPÉTOLOGIE
a) Serpents venimeux d'Afrique et du Moyen-Orient :
1. De quelle mort avait péri Cléopâtre? On ne l'a bien su jamais : le bruit courut qu'elle s'était fait apporter un aspic caché dans un panier de belles figues; et lorsqu'elle vit le reptile libérateur sortir de la fraîche verdure sa petite tête hideuse, elle aurait dit : te voilà donc! ...
MICHELET, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 327.
b) Vipère d'Europe, vipère commune (coluber aspis). Aspic d'eau.
2. P. ext., ICONOGR. CHRÉT. et MÉDIÉV. Animal fabuleux figurant l'emblème de la convoitise, de l'incrédulité, du mal, et représenté le plus souvent sous la forme d'un reptile court sans pattes ou bien sous celle d'un quadrupède aux pattes très courtes et à la queue de serpent (infra ex. 4).
Rem. Attesté ds Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., Lar. encyclop.
B.— Au fig.
1. [En parlant d'une pers.] Homme ou femme tenant des propos médisants, calomniateurs. Langue d'aspic. Synon. langue de vipère :
2. — Si vous réfléchissez trop longtemps, vous finirez par manquer le rendez-vous de Faugerolle, qui est une langue d'aspic, le plus venimeux de tous vos futurs collègues.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, La Passion de Joseph Pasquier, 1945, p. 88.
Rem. Cet emploi existe dans la lang. littér. comme dans la lang. arg. ,,L'aspic des voleurs n'est que la vipère des honnêtes gens`` (LARCH. 1880) :
3. Le facteur cet affreux aspic il a pas omis de venir immédiatement nous raconter... Il a fait un détour exprès! ...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 611.
2. [En parlant d'un inanimé abstr. représentant certaines formes du mal, mauvais sentiments, bas instincts, etc.] :
4. Elle allait parmi les ténèbres,
Poursuivant, chassant, dévorant
Les vices, ces taupes funèbres,
Le crime, ce phalène errant;
Arrachant de leurs trous la haine,
L'orgueil, la fraude qui se traîne,
L'âpre envie, aspic du chemin,
Les vers de terre et les vipères,
Que la nuit cache dans les pierres
Et le mal dans le cœur humain!
HUGO, Les Contemplations, t. 2, 1856, p. 196.
C.— Lang. techn., ARM. (artill.). Pièce d'artillerie utilisée au XVIe s. lançant des boulets de 12 livres.
Rem. Attesté ds de nombreux dict. du XIXe et du XXe siècle.
D.— TECHNOL. Outil en forme de langue d'aspic servant à forer. Mèche à langue d'aspic (A. CRONEAU, Construction pratique des navires de guerre, t. 1, 1892, p. 72).
Rem. Attesté ds CHABAT 1881, comme terme de serrurerie.
PRONONC. :[aspik]. DUB. donne deux possibilités de prononc. aspik ou aspi. [k] final ds tous les dict. hist. Lar. 19e écrit à ce sujet : ,,quelques-uns pron. a-spi et nous ne considérons pas cela comme une faute à moins que le mot suivant ne commence par une voyelle ou un h muet``.
ÉTYMOL. ET HIST. — V. aspic3.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — Bible 1912. — BOUILLET 1859. — BRARD 1838. — CHABAT 1881. — DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 44. — DUCH. 1967, § 19. — FRANCE 1907. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 90. — LARCH. 1880. — LARCH. Suppl. 1880. — LA RUE 1954. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — MARCEL 1938. — MICHEL 1856. — NYSTEN 1824. — PRIVAT-FOC. 1870. — TONDR.-VILL. 1968.
II.
⇒ASPIC2, subst. masc.
BOT. Aspic ou spic. Nom vulgaire de la grande lavande ou lavande mâle (lavandula spica) de la famille des labiées :
1. Ce ne sont, il est vrai, qu'herbes dures et sèches, cytises, thyms, aspics, lavandiers et chardons gris : sur ces plateaux pierreux qu'a grillés l'été. Mais Arnaviel, depuis trente ans qu'il conduit les troupeaux vers les Alpes, n'a jamais pris d'autre chemin, à son retour. Il aime les lieux sauvages, les hauteurs. Il est dans sa nature de hanter volontiers les crêtes des collines.
BOSCO, Le Mas Théotime, 1945, p. 324.
Huile ou essence d'aspic. Substance liquide, volatile, jaunâtre, d'odeur camphrée, obtenue par distillation des fleurs de cette lavande et utilisée en médecine vétérinaire et en droguerie :
2. « La maison A. Popinot tient également des huiles de la droguerie, comme néroli, huile d'aspic, huile d'amande douce, huile de cacao, huile de café, de ricin et autres. »
BALZAC, César Birotteau, 1837, p. 182.
ÉTYMOL. ET HIST. — XIe s. bot. espig « Lavandula spica et parfum que l'on en tire » (Gloses de Raschi, éd. Darmesteter et Blondheim ds T.-L.); 1170-1200 espis (LAMBERT LE TORT, A. DE BERNAY, Alexandre, éd. H. Michelant, 525, ibid. : Lins, alöès et ambre, nardus et autre espis Ardoient en la sale); ca 1170 espic (CHR. DE TROYES, Erec et Enide, éd. W. Foerster, 6803, var., ibid.); 1492 eau d'espic « eau de lavande » (G. TARDIF, Fauconnerie, 1, 108, Jouaust ds QUEM. : Baigne son past et sa cure en eau d'espic); 1525-30 aspicq « lavandula spica » (J. THÉNAUD, Le Voyage et itéraire [sic] de oultre mer, éd. Schefer, p. 8 ds Fr. mod., t. 23, p. 300 : A ceste cause, nous convint jecter maintes charges de graines d'aspicq et de papier en mer).
Empr. à l'a. prov. espic « épi » (XIIe s. ds RAYN.) et « lavande » (XIIIe s. ds T.-L. s.v. espic) v. épi; la forme avec initiale a- est due sans doute a) à l'influence (par étymol. pop.) de aspic, désignation du serpent ou de la vipère dans nombre de dialectes cf. FEW t. 1, p. 157b, s.v. aspis (du point de vue de l'usage : la plante pouvant être utilisée contre les piqûres d'aspic — ou du point de vue de la forme : la feuille lancéolée pouvant être comparée à un aspic); b) peut-être aussi influence du syntagme lat. sav. lavandula spica.
BBG. — BOUILLET 1859. — BRARD 1838. — Comm. t. 1 1837. — DUCH. 1967, § 19. — DUVAL 1959. — GAY t. 1 1967 [1887]. — GRAND. 1962. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — Mots rares 1965. — NYSTEN 1824. — POPE 1961 [1952], § 750. — PRIVAT-FOC. 1870. — RITTER (E.). Les Quatre dict. fr. Rem. lexicogr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 353.
III.
⇒ASPIC3, subst. masc.
ART CULIN. Plat froid à base de viande, de volaille, de gibier ou de poisson, plus rarement de légumes ou de fruits, diversement décoré et recouvert d'une gelée prise en moule. Aspic de foie gras :
1. Il vit l'Allemagne et l'Angleterre, un peu Saint-Pétersbourg, parcourut la Hollande; mais il se sépara desdits trente mille francs en vivant comme s'il avait trente mille livres de rente. Il trouva partout le suprême de volaille, l'aspic, et les vins de France, entendit parler français à tout le monde, enfin il ne sut pas sortir de Paris.
BALZAC, La Maison Nucingen, 1838, p. 609.
SYNT. Aspic de volaille, de perdreaux, de langouste, etc.
P. ext. Gelée (dont la nature diffère suivant la denrée traitée) utilisée pour préparer ces plats :
2. Sur les tables où l'on recherche la variété, on voit servir des gelées faites en moules et renversées (...). Il s'agit de faire une gelée avec du jus (...). Les cuisiniers appellent cette gelée aspic et s'en servent à chaud pour améliorer les sauces — mais son emploi le plus marquant est de la faire prendre en moule...
L.-E. AUDOT, La Cuisinière de la campagne et de la ville, 1896, p. 151.
ÉTYMOL. ET HIST.
I.— 1213 aspis « vipère » (Fet des Romains, 604 Flutre de Vogel ds QUEM. : Et li premiers serpenz qui en nasqui si fu aspis, dont li venins est plus cruiex que d'autres serpenz); 1250 espic « id. » (R. DE FOURNIVAL, Bestiaire d'amour, ms. Dijon 299, f° 26b ds GDF. Compl. : Se jou n'avoie del herbe de quoi li espics fait salir la chenille hors du pertruis de son ni); 1461 aspic « id. » (VILLON, Gr. testam., 1429, ibid. : En sang d'aspic et drogues venimeuses).
II.— 1742 culin. (F. MARIN, Suite des dons de Comus, Paris, t. 3, p. 361 ds Fr. mod., t. 23, p. 300 : On en peut mettre dans certaines petites sauces, ravigotte ou d'aspic, ou remoulade).
I empr. tardif à forme demi-sav. du lat. aspis, -idis (VARRON, Frag. rer. hum. ds TLL s.v., 842, 81) lui-même empr. au gr. , -. D'où maintien de i, et hésitation sur la forme aspi(c), aspide (Brunet Latin ds T.-L.). Dès le début, infl. de basiliscu(m) (cf. Ps. XC, 13 : super aspidem et basiliscum ambulabis), d'où aspiscu(m). Un cas suj. sing. et un cas régime plur. aspiscs ont pu donner par dissimilation de s implosif aspics; d'où l'on a pu tirer une forme de cas régime aspic. II ce mot a été rapproché de aspic « vipère » pour diverses raisons. D'apr. DAUZAT (Études de linguistique française, 1938, p. 195 et DAUZAT68) parce que la gelée d'aspic était jadis coulée dans des moules dont la forme rappelait celle d'un serpent roulé sur lui-même. D'apr. BL.-W.5, ce plat serait ainsi dénommé, p. compar. des couleurs variées de cette gelée avec celle du serpent de ce nom.
STAT. — Fréq. abs. littér. :92.
BBG. — Ac. Gastr. 1962. — BOUILLET 1859. — DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 44, 195. — DUMAS 1965 [1873]. — Lar. mén. 1926. — LASNET 1970. — MONT. 1967. — Mots rares 1965.

1. aspic [aspik] n. m.
ÉTYM. 1429; espic, 1250; aspis, 1121, in D. D. L.; lat. aspis, grec aspic.
1 Vipère d'Europe (vipera aspis).
1 Le crocodile ainsi tue en versant des pleurs,
La sirène en chantant et l'aspic sous les fleurs.
Rotrou, Bélisaire, V, 5.
2 Cette myriade de sonnettes avec leurs petites langues de cuivre lui semblaient autant de gueules d'aspics ouvertes, prêtes à mordre ou à siffler.
Hugo, Notre-Dame de Paris, II, 6.
Didact. || Aspic d'Égypte, de Cléopâtre : serpent venimeux (naja haje) d'Afrique et du Moyen-Orient.
3 Cléopâtre dit à Antoine « Je t'ai donné à baiser de mon bras les veines les plus bleues ». Ce mot d'amoureuse, si doux, annonçait l'aspic terminal.
Léon Daudet, la Femme et l'Amour, II, p. 42.
tableau Noms de reptiles non fossiles.
REM. On trouve aussi le féminin une aspic.
3.1 Donc le sorcier découvre le nid de couleuvres. Remontant vers des endroits plus rocailleux, il peut, à force de patience, découvrir la cachette d'une aspic. Il ne reste plus qu'à enfumer l'endroit (…)
Yambo Ouologuem, le Devoir de violence, p. 194.
Didact. (Dans l'iconographie chrétienne médiévale). Animal fabuleux, emblème de la convoitise, de l'incrédulité, du mal, etc., représenté le plus souvent sous la forme d'un reptile court, sans pattes, ou sous celle d'un quadrupède ayant des pattes très courtes et une queue de serpent.
2 Par compar. et métaphore. (Vx ou littér.). || Une langue d'aspic : une personne très médisante, une méchante langue. Vx. || Venin d'aspic : calomnie.
4 Leurs langues sont cauteleuses, venin d'aspic est sous leurs lèvres.
Calvin, Institution de la religion chrétienne, 207.
5 (…) Faugerolle, qui est une langue d'aspic, le plus venimeux de tous vos futurs collègues.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, X, 5.
Par métaphore. (Symbole du mal). || « L'âpre envie, aspic du chemin » (Hugo, in T. L. F.).
3 Techn. (Anciennt). Canon utilisé au XVIe siècle lançant des boulets de 12 livres.
4 Techn. Outil ayant la forme d'une langue d'aspic, et servant à forer.
HOM. 2. Aspic, 3. aspic.
————————
2. aspic [aspik] n. m.
ÉTYM. 1560; XIe, espig; anc. provençal espic « épi ». → Spic.
Didact. Variété de lavande (lavandula spica) [Labiées] qui donne par distillation une huile volatile, jaunâtre, d'odeur camphrée, employée pour la peinture. Syn. : grande lavande, lavande mâle. || Huile, essence d'aspic.
0 On peut faire l'eau de lavande sans distiller, en y ajoutant un peu d'huile d'aspic ou un peu de musc.
Ambroise Paré, XXV, 47, in Littré.
tableau Noms d'arbres, arbustes et arbrisseaux.
HOM. 1. Aspic, 3. aspic.
————————
3. aspic [aspik] n. m.
ÉTYM. 1742; orig. incert.; selon Dauzat les moules dans lesquels on coulait la gelée d'aspic avaient la forme d'un serpent roulé sur lui-même (hypothèse gratuite); selon Guiraud, de 2. aspic à cause de la translucidité du jus.
Plat composé de viande ou de poisson froid (parfois de légumes ou de fruits) recouvert de gelée prise dans un moule. || Aspics de volaille, de foie gras.
Par ext. Gelée utilisée pour la préparation de ces plats.
HOM. 1. Aspic, 2. aspic.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужна курсовая?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • aspic — aspic …   Dictionnaire des rimes

  • aspic — 1. (a spik) s. m. 1°   Serpent très venimeux. L aspic des anciens est l haje. En Europe, on donne ce nom, parmi le peuple, à une espèce de vipère. 2°   Fig. C est un aspic, se dit d un homme dangereux par sa médisance. Une langue d aspic, une… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • aspic — ASPÍC, aspicuri, s.n. Substanţă gelatinoasă obţinută din suc de oase şi de carne, folosită la unele mâncăruri (ca garnitură). – Din fr. aspic. Trimis de cata, 11.02.2004. Sursa: DEX 98  ASPÍC s. gelatină. (Curcan în aspic.) Trimis de siveco,… …   Dicționar Român

  • Aspic — de huevo. Aspic tipo Sülze. Se d …   Wikipedia Español

  • aspic — ASPIC. s. m. Petit serpent, dont la morsure est très dangereuse. Il fut piqué d un aspic. f♛/b] On appelle figurément Un médisant, Un aspic, une langue d aspic.[b]Aspic, se dit aussi d Une espèce de Lavande d une odeur très forte. En ce sens il n …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • aspic — ASPIC. s. m. Petit serpent dont la morsure est mortelle. Il a esté piqué d un aspic.. On appelle fig. les medisants, Langues d aspic. Aspic, Est aussi une espece de lavande, d une odeur tres forte. Huile d aspic …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ASPIC — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. {{{image}}}   Sigles d une seule lettre   Sigles de deux lettres   Sigles de trois lettres …   Wikipédia en Français

  • aspic — 1789, savory meat jelly, from Fr. aspic jelly (18c.), lit. asp, from O.Fr. aspe (see ASP (Cf. asp)) + ending from basilisc basilisk (the two creatures sometimes were confused with one another). The foodstuff said to be so called from its coldness …   Etymology dictionary

  • aspic — Aspic, Herbe, Pseudonardum, Nardus celtica. Nomen habet a spica quam fert spicae tritici non absimilem. Aspic d outre mer, Nardus Indica, Spica nardi. Serpent nommé Aspic, Aspis, aspidis …   Thresor de la langue françoyse

  • Aspic — As pic, n. [F., prob. fr. aspic an asp.] A savory meat jelly containing portions of fowl, game, fish, hard boiled eggs, etc. Thackeray. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • ASPIC — may be:* Advanced Space Propulsion Investigation Committee * Advanced SCSI Programmable Interrupt Controller * Application Service Provider Industry Consortium * Armed Services Personnel Interrogation Center * Association for Strategic Planning… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”